montage

ENFANCE, CULTURE, MUSIQUE & PEDAGOGIE

Expériences pédagogiques et artistiques

Un atelier de création de livres sonores et tactiles
avec Laura Cattabianchi

Par un après-midi venteux, je suis allée avec Laura à son atelier de livres sonores dans une classe de CM1 à Paris, près de République.
Pour commencer, les enfants se sont assis autour de Laura et ont parlé des films qu’ils avaient vus lors d’une sortie dans le cadre d’un projet « Enfances au cinéma »
Ils ont décrit les courts-métrages. «Il n’y avait pas de dialogues », « on entendait les bruits : les sons du lac, le vent, les sons de la nature », « certains étaient en noir et blanc » etc. Le bruit du métro, le train qui freine, et ensuite le brouillard,  une promenade dans un bois. « On entend les feuilles qui craquent sous les pas, si c’est l’automne, le bruit du brouillard, l’eau, plus les oiseaux, des insectes »

Ils enregistrent sur la tablette une galerie de sons:

Laura présente le livre à sons. Il s’agit d’un livre qui s’appelle "Sounds", de Keith Godard (édité par Les trois ourses) qui est un livre sonore.
Les différents papiers créent toute la musicalité lorsque l'on tourne les pages.

image 1

Les enfants cherchent donc des idées pour faire des sons, d’abord uniquement avec le livre fermé. Des gestes différents produisent des sons divers (frotter, caresser, tapoter, etc.).
Elle l’ouvre. Pas d’images, pas de textes. Chaque page a des papiers différents. « Ca fait plein de sons » « Ce n’est pas la même matière » « Est-ce que ça raconte une histoire ? »
Après Laura leur montre un livre qu’elle a créé avec cinq papiers différents, et dont elle a écrit aussi l’histoire, qu’elle raconte en bruitant. Le livre s’appelle « Dans les bois » et a aussi une écriture en braille.

Elle le montre en racontant.

Elle leur raconte avoir fait le livre et l’histoire à la main. Chaque page a un papier : par exemple avec le papier kraft on peut froisser en rythme pour faire les pas.
Il y a un papier fait sur une trame de coton. Les enfants touchent, discutent, etc. Chacun peut imaginer ce qu’il veut, un écureuil, une scie, etc.
Le carton ondulé est roulé et déroulé, et il est possible de moduler les sons, du doux au plus fort, comme les vagues de la mer.
L’oiseau qui s’envole, car il part vite, est fait avec une feuille secouée.
Le papier cuisson est coupé en petites lamelles. On peut souffler fort ou doucement pour faire un petit vent ou la tempête.
Le feu (qui a beaucoup de succès) est fait avec du papier cristal
A la fin (seule dérogation à la règle) un tissu est collé pour faire un petit lit pour aller se coucher.

Deuxième partie, création d’histoires en binôme.

Les enfants s’assoient par binômes. Ils vont s’entraîner pour manipuler le papier.
Chacun prend une feuille, pour chercher des gestes et imaginer à quoi ça pourrait correspondre.

Fabrication du livre.

« Vous allez faire un mini-livre à sons », dit Laura

Elle leur montre les petites pochettes qu’elle a fabriquées. Ca s’ouvre en accordéon, avec quatre poches qui contiendront quatre papiers différents.

Sur la table le matériel est préparé.

image 1 image 1

Chaque binôme va choisir 4 papiers différents, pareils pour les deux enfants.
Les enfants doivent chercher des idées avec chaque papier. Chacun écoute et fait écouter ses trouvailles à son binôme, pour voir ce que chacun imagine. Et ensuite ils notent leurs idées, pour pouvoir faire une histoire avec les quatre papiers.

Par exemple : papier violet : tapoter. C’est la pluie, etc. Il faut avoir deux idées pour chaque papier, pour avoir deux histoires.

4 5 6 7

Une fois que l’histoire est construite, il faut l’écrire brièvement sous chaque poche qui contient le papier choisi, en indiquant le geste à faire pour produire le son souhaité.

Il y a eu des sujets très variés, et même l’actualité s’y est invitée.

image 8 image 9 image 4

Et bien sûr, pour bien finir le livre, il faut écrire le titre, l’auteur et si l’on veut, il est possible de faire un dessin. Certains enfants ont même fait une quatrième de couverture, un autre a mis la collection, et il y a eu même l’annonce d’une future édition !

image 8 image 9 image 8 image 9
image 8 image 9 image 8 image 9
image 8 image 9 image 9 image 9
image 9 image 9 image 9

Les voici qu’ils racontent leurs histoires.

Les enfants et leur enseignante étaient ravis de cette expérience, très enrichissante.Le seul regret est la brièveté du temps qui n’a pas permis de manipuler plus longtemps. Le fait de devoir finir dans un laps si bref ne permet pas de produire des histoires sonores plus recherchées, mais ceci peut être le prolongement que pourra faire l’enseignante.Car c’est un travail qui peut se faire en transversalité. Ecoute, description des sons, écriture, recherche des mots pour décrire des sons, etc.

Voici le témoignage de l’enseignante :

« En ce qui concerne l'atelier, j'ai apprécié le moment de lecture au coin regroupement. L'écoute était très bonne. Chaque élève a bien participé. Concernant la production d'écrit, les élèves se sont lancés activement dans les différentes étapes et la préparation matérielle a permis à chacun de produire un petit livre à sons personnel, ce qui a vraiment valorisé leur travail. »

voir son entretien

Cristina Agosti-Gherban


Nos archives

Numéro 1 : Poésie, musique et arts plastiques / 06-2023

Numéro 2 : Le chant prénatal / 07-2023

Numéro 3 : Les techniques corporelles pour les musiciens / 08-2023

Numéro 4 : Focus sur le Créa,
Centre de création vocale et scénique d’Aulnay-sous-bois / 09-2023

Numéro 5 : Musique, arts et handicap / 11-2023